Be kind rewind

Versions originales

L'histoire

Deux amis remplacent les VHS démagnétisées d'un vidéo-club par des versions tournées par leurs soins.

Les plaisirs du film

Jack Black en roue libre. On avait remarqué sa folie dans le rôle un peu convenu du réal du King Kong de Jackon. Là, il explose. En paranoïde adepte des théories du complot, puis en movie-star du quartier, il occupe frénétiquement l'écran.

La drôlerie des reconstitutions de blockbusters avec du matériel de cadeaux de fête des mères. Mais pour les apprécier pleinement, il faudrait quasiment revoir les originaux (Ghostbusters, Miss Daisy, Robocop, Rush Hour...). Un comble.

L'hommage rendu à l'amateurisme. Be kind rewind porte bien son titre. Il invite à rembobiner, à revenir en arrière, à se souvenir du cinéma des origines. Du cinéma originel. D'une approche à la Méliès, de bric et de broc, visant à susciter rires, larmes et surprises, en inventant la "technique", les "effets spéciaux" en temps réel, avec ce qu'on a sous la main. Alors bon, le film verse un peu dans la nostalgie, à coup de VHS, de vieille boutique menacée par les promoteurs, de succès des années 80. C'est pourtant plus les camescopes HD que les super8 qui permettent aujourd'hui à qui veut de réaliser un long-métrage dans sa salle de bains.

L'imagination au pouvoir, sous toutes ses formes. Mythomanie, mensonges, remakes, créativité, trouvailles (la tenue de camouflage)...

fiche film & séances
site officiel be kind, rewind

1 commentaire:

El-Fred0 a dit…

Jolie critique .
Mais je pense que ce n est pas forcément par nostalgie que gondry fréfère la péloche à la hd, elle correspond plus à sont idée "artisanale" de l image où un carton en forme de voiture remplace une modélisation 3d .

Quoi qu il en soit je repasserai, j aime ton site.